BALADE


 

Synonymes : Sortie, tour, vadrouille, viron.

Définition : Encore une fois, je ne trouve pas la définition qui correspond à ce que je pense être « une balade », alors, j’y vais de la mienne. « Improvisation la veille pour le lendemain, voire le matin même, d’une sortie réunissant une ½ douzaine d’amis en manque d’enroulage de câble au guidon de leur moto ».

La balade se déroule sur une ½ journée et se passe, en général, dans des environs pas trop éloignés et formant une boucle. 150 bornes est une bonne moyenne. Le « plaisir » doit être le maître mot d’une balade ». Elle peut aussi se dérouler seul mais la passion motardesque n’a de raison que si elle est partagée (ça c’est un peu de moi mais pas que…).

« I’m a poor lonesome Rider »… Lucky Luke


La balade est un moment particulier où l’on ne se prend pas au sérieux et où il n’est pas nécessaire d’avoir défini la moindre étape.

Mais la balade peut aussi se dérouler sur une journée. Si ça commence le matin et se termine le soir, la pause déjeuner sera d’autant plus appréciée si elle est improvisée. Les potes qui auront pensé à apporter des thermos et des viennoiseries sur le lieu de rendez-vous du matin seront les bienvenus…

La balade peut avoir un endroit précis comme destination. Les lieux touristiques ont quelquefois la côte, mais les chemins pour y parvenir sont la clé d’une balade réussie. Pas forcément les parcours faciles. Si les GPS dévoilent parfois des surprises et nous entraînent dans des voies plus que délicates, du genre répertoriées sur aucune carte digne de ce nom, le « feeling » contribue à la magie de la découverte de certaines routes. Être tout de même attentif aux personnes qui vous accompagnent pour qu’elles restent vos amis…

Dis-moi comment tu roules et je te dirais qui tu suis…


Le type de balade sera déterminé par le ressenti de chacun. Balade tranquille, balade galère, balade d’anthologie… Une balade vous laissera toujours des souvenirs, mais, contrairement aux apparences, celles qui vous auront le plus marqué, seront celles où tout n’aura pas été au top. On se souviendra plus facilement d’une balade avec une météo pourrie, ou ponctuée d’une panne qui nous aura pris 2 plombes. La recherche d’un hypothétique resto qui nous fait tourner en rond depuis longtemps et qui se termine au Mc Deg du coin à presque 16h. La chute laisse aussi pas mal de souvenirs tant que c’est bénin. Si l’accident est plus grave, on aura hâte de vite l’oublier non sans en tirer quelques « bénéfices » par rapport aux circonstances qui l’ont occasionné.

« il y en a même qui cumuleront toutes ces galères, et pour eux ce sera très dur » (adapté du blouson noir de Coluche)

Le thème de la balade sera déterminé par les improvisations « découvertes » au fil de l’eau.

— La balade « historique » pour les amateurs d’histoire qui auront à cœur d’avoir enfin pu en profiter pour visiter un château ou un musée.

— La balade « découverte » pour les « avides » de connaissance qui apprécieront d’avoir pu s’immiscer, le temps d’un instant, dans une entreprise artisanale.

— La balade « bucolique » pour les amoureux de la nature qui se délecteront d’une pause au bord d’un cours d’eau à l’ombre d’une forêt dont l’accès pourrait laisser supposer que « la main de l’homme n’a jamais mis le pied »… Ils en profiteront pour sortir leur « pique-nique » sans oublier de ne rien laisser comme trace de leur passage.

— La balade « amicale » où on en profitera pour aller rendre visite à quelques amis communs qui se feront une joie de nous offrir un petit rafraîchissement lors de notre passage improvisé.

— L’arrêt au « Bar » reste un grand classique de la balade ou chacun peut y aller de sa « mauvaise foi motardesque », mais parfois, aussi, de « traiter » certains sujets qui n’ont rien à voir avec la moto…(si si, ça arrive).

Le plaisir doit être à la balade ce que l’adrénaline est à l’arsouille.


Comme tout ce qui n’était pas prévu, la balade est le lieu où chacun va pouvoir se sentir investi d’une « tâche » car, s’il y a un « instigateur », chacun peut apporter sa pierre à l’édifice et, le bon souvenir qu’elle laissera, sera sans cesse relié à chaque participant.

D’aucuns préfèrent parfois improviser les étapes mais aspirent à une certaine sérénité concernant le trajet et préparent un itinéraire. C’est complètement compatible avec l’esprit de balade. Une préparation succincte occasionnera même quelques demi-tours lors des « erreurs » de parcours.

La communication entre les protagonistes devra être définie à l’avance pour ne pas avoir un déplacement malencontreux, voire dangereux. Les chiens dans un jeu de quilles devront se modérer. Les angoissés se feront connaître pour le « placement » dans le groupe. Pour limiter les risques, dans le cas où le nombre de participant dépasse la ½ douzaine, plusieurs groupes devront être désignés. SMR


Les ingrédients d’une balade réussie :

  • Population motardesque connue (rien à se prouver)
  • Météo sans risque de catastrophe naturelle
  • Motos en bon état
  • Région intéressante
  • Pas de soucis ou de contrariétés
  • Briefing de la conduite en groupe entendu par tous

Ne pas confondre : la ballade qui, elle, se veut musicale, mais qui peut quand-même évoquer la balade.