Jean, rev’là l’Jean

Moins d’une semaine après notre 1er « run », nous nous retrouvions avec Jean pour de nouvelles aventures.

Pour rejoindre notre « repaire », il suffisait d’une petite 1/2 heure de parcours. Après les recommandations d’usage, nous enclenchions la 1ère…


 (Encore quelques réminiscences scootardesques…)

Bonnes sensations de Jean sur cette petite « mise en bouche » motardesque. Nous pouvions attaquer ce pour quoi nous étions à nouveau sur ce lieu chargé d’histoires. Le problème de Jean ainsi que de beaucoup d’utilisateurs de scooters, c’est que les doigts sont en permanence sur les leviers. Bon, à force de techniques d’approche, nous nous sommes rendu compte qu’il n’y avait plus qu’à…partir mettre en pratique avec un environnement un « soupçon » plus « hostile ».


(Des lieux bucoliques pour mettre en pratique un retour aux sources…)

 

 

 

La « balade » s’est entrecoupée de petites pauses où je m’empressais de savoir si tout allait bien. C’est dingue comme un sourire sur un visage peut remplacer et balayer toutes les inquiétudes. J’avais ma réponse.

Comme on dit, c’est sur le terrain qu’on apprend le mieux, et Jean ne déroge pas à la règle. Il a bien progressé sans se sentir à un seul moment en danger. Il faut dire que je ne laissais pas grand monde s’approcher de son coussin de sécurité.


 (Il y a un net progrès mais il faut encore bosser…)

En milieu d’après-midi, après avoir parcouru la campagne, nous décidâmes de rentrer par un chemin un peu plus direct.

L’arrivée se fit sans encombre et l’image de la NineT de plus en plus réelle. Il reste encore à voir ses aptitudes sur un diagnostic que nous nous sommes fixé pour le mois de Mai. Ensuite, Miss NineT n’aura qu’à bien se tenir, car il pourra compter sur mon aide pour en faire l’essai. Mais un essai…mère (oup’s).

Donc, à suivre…